Le surréalisme : L’émergence du mouvement, le Vérisme …

Le surréalisme : L’émergence du mouvement, le Vérisme ...
Le surréalisme : L’émergence du mouvement, le Vérisme ...
Le surréalisme : L’émergence du mouvement, le Vérisme …

Le surréalisme est un mouvement littéraire et artistique dominé par la personnalité d’André Breton. Les acteurs principaux en sont Dali, Miro, Max Ernst, Man Ray.

L’émergence du mouvement et la pensée surréaliste

Le groupe des Surréalistes s’est formé en 1924 avec le « Manifeste Surréaliste » d’André Breton.  Ce mouvement succède au dadaïsme et certains artistes dada comme Max Ernst et Man Ray se rallieront naturellement à Breton. C’est d’abord un courant littéraire fondé sur la psychanalyse qui s’étend rapidement à la photographie, aux arts plastiques et au cinéma. Les surréalistes rejettent avant tout le rationalisme de la fin du 19e siècle. Leur volonté est de se libérer de tout contrôle exercé par la raison, de toutes les règles qui dictent nos pensées. De ce fait, ils refusent la logique de l’esprit et mettent en avant les valeurs irrationnelles, le rêve, le désir, la révolte, l’instinct. Ils donnent libre cours à toutes sortes de délires. Les Surréalistes se rapprochent de la pensée de Karl Marx dans l’idée de « changer de vie » mais tous n’adhèrent pas au Parti Communiste. Des artistes venus d’Europe et des Etats-Unis viennent à Paris se rallier à ce mouvement. La première exposition collective date de 1925 puis le mouvement va acquérir une renommée internationale avec les expositions qui sont organisées à Londres et New York en 1936 et à Tokyo en 1937. Pendant la guerre bon nombre d’artistes surréalistes vont partir s’installer aux Etats-Unis.

Les formes d’expression

Les artistes présentent dans leurs œuvres littéraires ou plastiques une réalité dictée par leur inconscient. Ils utilisent plusieurs moyens pour cela : Les décalcomanies, les collages, le frottage qui permet de faire apparaître sur une toile une image aléatoire dictée par l’esprit mais encore l’écriture automatique, inspirée par Freud et inventée par Breton qui donne naissance à un texte dicté par le subconscient souvent sans cohérence ; Le jeu du « Cadavre exquis » qui consiste à écrire des phrases ou à dessiner des formes au hasard sans connaître les éléments proposés par les autres protagonistes du jeu, mais aussi la peinture, la sculpture…

Le Vérisme

C’est l’une des tendances que l’on distingue en peinture. Salvador Dali, Max Ernst ou René Magritte représentent des formes ou des objets familiers avec une grande exactitude. Cependant ces sujets sont transformés par l’imagination des artistes, par la puissance de l’inconscient. Ce sont des tableaux oniriques, mystérieux, comme des voyages imaginaires : « Le sommeil » de Dali peint en 1937, « Le domaine d’Arnheim » en 1962 de Magritte. Dali invente « la paranoïa critique » qui est une méthode spontanée par laquelle il contrôle sa paranoïa, ses obsessions dans un but créatif.

Le Surréalisme absolu

Cette tendance renonce à toute utilisation d’objets réels. Les artistes utilisent des signes abstraits pour évoquer leur monde. Miro et Yves Tanguy adhèrent à cette tendance. Miro élabore une peinture hallucinatoire, habitée par des symboles. Son œuvre se réduira ensuite à des calligraphies et à des motifs ornementaux. Après la guerre les surréalistes organiseront encore quelques expositions, puis les artistes se disperseront petit à petit après la mort d’André Breton.

Le saviez-vous ?

En 1955 Dali arrive pour donner une conférence en rolls-royce jaune et noire, remplie de choux-fleurs qu’il distribue en guise d’autographes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *