Comment faire partir un bouton de fièvre

Une sensation de brûlure ou des démangeaisons sont les principaux signes avant-coureurs de l’herpès labial, plus connu sous le nom de bouton de fièvre.

Puis des vésicules en bouquet font leur apparition sur les lèvres ou autour de la bouche.

Pourquoi revient-il ?

Une fois qu’on l’a contracté, le virus « Herpes simplex » peut rester tapi des mois au sein de notre organisme. Il surgit par poussées, lorsque les défenses immunitaires de l’organisme sont affaiblies et dans certaines autres conditions : l’hiver, après une exposition au soleil, lors d’un coup de stress, d’un moment de fatigue ou même pendant les règles.

Est-ce contagieux ?

Oui, le virus de l’herpès est extrêmement contagieux, mais certaines personnes y résistent mieux que d’autres.

Le risque de contamination est maximal au moment où les vésicules apparaissent, mais il commence environ trois jours avant ( picotements, rougeurs, papules) et se poursuit trois jours après (ulcérations).

En revanche, la croûte qui se forme au moment de la cicatrisation n’est pas contagieuse.

Quoi qu’il en soit, pour ne pas contaminer les autres, mieux vaut éviter d’embrasser son conjoint, ses enfants, ses proches.

Ne faites pas non plus la bise à une copine enceinte ou à un bébé.

Et bien sûr, hors de question de tester un rouge à lèvres dans le commerce !

Comment se protéger ?

D’abord, comme le virus est réactivé par le soleil, mieux vaut appliquer un écran total sur les lèvres.

Lorsque le bouton est là, surtout ne le touchez pas, et ne vous frottez pas les yeux. Car l’herpès labial peut se transformer en herpès oculaire !

Prudence donc, surtout si vous portez des lentilles de contact, et lors du maquillage et du démaquillage.

Appliquez un produit adapté pour faire disparaître le bouton de fièvre. Demandez conseil à votre pharmacien.

 

Les solutions :

 

Rapide © Biopharm
Cette sorte de coton-tige renferme une solution d’huiles essentielles qui soulage rapidement l’herpès labial.

Il faut imbiber l’une des deux extrémités du bâtonnet et l’appliquer directement sur le bouton. Le système est simple et hygiénique, mais les huiles essentielles peuvent picoter.

Bouton de fièvre, Clic Et Co des laboratoires Biopharme, 24 unidoses, environ 6,90€. En pharmacies et parapharmacies

Discret © GlaxoSmithKline
Discret © GlaxoSmithKline
C’est un petit film transparent en polyuréthane à coller sur la lèvre. Il soulage la lésion, favorise la cicatrisation et prévient la contagiosité. Les plus : on peut se maquiller pour le camoufler et manger et boire sans problème. En revanche, le patch est délicat à manipuler et ne colle pas toujours très bien.

Activpach des laboratoires GlaxoSmithKline, la boîte de 12 patchs avec miroir, environ 8,90€. En pharmacies.

Naturel © Omega Pharma
Naturel © Omega Pharma
Composé d’huiles de niaouli, citronnelle, menthe et lavande, ce spray a des vertus antibactériennes, astringentes, cicatrisantes et régénérantes.

Attention, il ne sera efficace qu’à condition de l’utiliser trois fois par jour durant une semaine !

Boutons de lèvre, Phytosun arôms, des laboratoires Omega Pharma, le flacon de 15 ml, environ 9€. En pharmacies et parapharmacies.

Antidouleur © Merck
Antidouleur © Merck
A base de propolis et de petrolatum ( formant une barrière protectrice), ce produit diminue le risque de surinfection, tout en améliorant la cicatrisation.

Il réduirait la durée de la poussée à six jours au lieu de dix sous placebo.

Mais l‘application avec le doigt est peu hygiénique et doit être renouvelée cinq fois par jour !

Herp Apaisil des laboratoires Merck Médication familiale, le tube de 2 g, environ 6,75€. En pharmacies.

Pratique © Boiron
Pratique © Boiron
Ce stick renferme des huiles essentielles de marjolaine, d’origan et de camomille, réputées pour leurs vertus antiseptiques et apaisantes, de l’huile d’amande douce et un extrait de bardane.

Bien que ce stick soit pratique à utiliser et à emporter, il ne faut surtout pas le partager !

Par ailleurs, son efficacité est moindre quand le bouton est déjà sorti.