Histoire des arômes et des parfums

Les arômes à travers le monde et les siècles.

Le mot parfum vient du latin fumare (à travers la fumée), il désigne la manière dont les odeurs se diffusent lors de la combustion de plantes ou d’encens lors d’un rituel ou d’une célébration.

Depuis des temps immémoriaux, l’utilisation d’arômes, d’onguents et de parfums fait partie de pratiques religieuses et profanes qui recherchaient des valeurs au-delà du purement esthétique et sensoriel dans les odeurs.

Egypte

Au bord du Nil.

La civilisation des anciens Égyptiens utilisait des parfums et des essences dans n’importe quel événement social, pour embellir et prendre soin d’eux-mêmes et même des morts. Pendant le processus de momification du cadavre, les corps ont été remplis de fibres imprégnées de résine parfumée pour éviter l’odeur de pourriture, il a été transféré avec une suite d’encens brûlant, déjà dans la chambre funéraire, en plus des cadeaux, quelques les navires ont également été laissés avec des essences aromatiques exquises.

Les femmes de la haute société utilisaient également des parfums à base d’ingrédients tels que le citron, les épices, le corail, le cuir ou les perles elles-mêmes.

Selon les légendes, Cléopâtre elle-même a utilisé des essences aromatiques pour vaporiser la pièce avant de recevoir son bien-aimé Marco Antonio.

Les parfumeurs grecs, appelés Mirepsós, ont amélioré les techniques et se sont concentrés sur l’utilisation de plantes et d’herbes mélangées à de l’huile d’olive. Ils condensaient également les essences avec un système similaire au « bain-marie ». Ils associaient le parfum à la propreté et on dit qu’ils étaient accros aux bains et aux huiles parfumées, ils parfumaient tout, leurs vêtements, les murs, les sols de la maison, même leurs chiens et leurs chevaux.

Lors des banquets, les ailes des pigeons étaient parfumées de manière à ce qu’en volant ils parfument de manière homogène le sel de l’acte.

L’âge moyen

Grandes perfumistas.

Ce sont les navigateurs arabes qui ont dominé pendant un siècle à la fois le commerce des épices, de l’encens et des baumes et la technique de la distillation avec des alambics.

Au 14ème siècle, les parfumeurs espagnols et italiens ont fait progresser la technique de distillation pour fabriquer des parfums en plus des liqueurs.

Un siècle plus tard, Catherine de Médicis et Elizabeth I, introduisirent cette mode en France et en Angleterre, du coup tout le monde voulait des parfums fabriqués à Grasse, capitale mondiale du parfum. Dans l’Europe du XVIe au VIIe siècle, l’utilisation de parfums s’est avérée utile pour masquer les odeurs corporelles à une époque où les bains étaient tombés en désuétude, car on croyait que les maladies se transmettaient par leur intermédiaire.

Un parfum innovant

L’arrivée de l’eau de Cologne.

Déjà à l’époque contemporaine, une version plus douce et moins concentrée que le parfum est apparue, l’ eau de cologne .

Une fois les coutumes hygiéniques revenues pour mettre en valeur la société, ce nouveau parfum a été très bien reçu. Avec l’arrivée de la révolution industrielle, les parfums ont commencé à être fabriqués à grande échelle. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les premières essences synthétiques ont été fabriquées, les étapes suivantes ont été d’élaborer artificiellement le musc, ainsi il est devenu moins cher par rapport à celui d’origine animale, et l’utilisation d’aldéhydes, exhausteurs d’arôme qui ont permis de réduire la quantité de matière première et par conséquent réduire les coûts.

Le parfum Chanel n°5 a été créé en 1922, il a été le premier à inclure des aldéhydes dans sa composition. Ainsi est venu le symbolisme mode-parfum. Si jusqu’alors le nom de la fragrance venait des produits qui la composent, il existe désormais des créateurs de vêtements qui commandent des produits exclusifs aux parfumeurs et les commercialisent sous leur marque.

Une future entreprise

Progresser sur le marché du parfum.

Les couturières ont été les premières à offrir des flacons de parfum à leurs clientes, puis elles ont fini par le vendre en leur nom.

La première fut Jeanne Lanvin , suivie de Paul Poiret et Coco Chanel. Aujourd’hui, c’est devenu une lettre d’introduction et de promotion pour les marques de mode, les carrières cinématographiques et même les chanteurs, et bien d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *