8 bonnes raisons d’adopter la cosméto globe-trotter

Soleil, sable et embruns… Cet été, votre épiderme a certainement souffert. Pour retrouver une peau de bébé tout en prolongeant le goût des vacances, voici une sélection de cosmétiques élaborés avec des produits du bout du monde.

1. Cosmétique pas toc
Il faut du savon pour se laver et du gel de rasage pour traquer le poil récalcitrant. Mais au-delà de l’hygiène, la cosmétique est avant tout affaire de plaisir. Un bien-être qui apporte son lot d’exotisme en dénichant des essences rares et des plantes inédites pour
faire peau nette. Ce qui nous donne des lignes de soin souvent bio, à base de produits naturels, sans paraben, phénoxyethanol ou fragrance de synthèse. Comme si on se devait de respecter ces plantes et fruits récoltés si loin pour nous faire du bien.

2. Chasseurs de soins
Les recherches en cosméto se font dans l’asepsie des laboratoires, mais aussi au fin fond de la jungle amazonienne, de la savane africaine ou de la forêt malgache. C’est là que l’on traque la plante, le fruit ou l’arbre dont les qualités anti-oxydantes ou anti-inflammatoires
vont révolutionner le futur produit pour aider à lutter contre les marques du temps. La recherche sur le vieillissement a particulièrement dopé cette course à l’arbre magique qui comblera nos rides.

3. Ethique et équitable
Ces perles du bout du monde sont souvent associées au bio et au commerce équitable. Ainsi, la marque L’Occitane en Provence travaille depuis des années avec des femmes du Burkina Faso qui fournissent le beurre de karité. Même démarche pour The Body Shop, qui lance ce mois-ci sa nouvelle ligne  » Bien-être  » à base de plantes, fruits et essences exotiques. Ainsi qu’une nouvelle collection d’huiles de  » Massage d’ailleurs  » au soja du Brésil ou au marula de Namibie. Ces nouveautés contiennent au moins un ingrédient issu du commerce équitable.

4. Beaux aborigènes
Fortement concentrée en actifs, armée de 99 % d’ingrédients d’origine naturelle, la marque australienne pour homme Vitaman emprunte à la culture aborigène des extraits de plantes utilisées pour leurs vertus anti-bactériologiques et anti-inflammatoires : ligne sport à la papaye, soins rasage à l’huile de cyprès bleu, prune de kakadu anti-oxydante, fleur d’hibiscus sauvage, poivre noir de Tasmanie et aloe vera australienne cultivée sans pesticides. Aucune molécule de synthèse dans ces produits !

5. Cosméto do brasil…
Paradis de la beauté et du culte de l’apparence, le Brésil est aussi une terre fertile en plantes et fruits efficaces pour la peau. La marque Natura Brésil a pignon sur rue à Paris, dans le très chic quartier de Saint-Germain-des Prés. Sa ligne Ekos recoupe des produits aux essences issues de la forêt brésilienne : guarana, castanha (une noix au fort pouvoir d’hydratation), pitanga, café vert ou encore andiroba, un arbre d’Amazonie énergisant. Et L’Occitane a signé sa ligne solaire  » Do Brasil  » avec des ingrédients bio, sans filtre chimique, ni alcool et aux colorants naturels.

6. L’huile qui met le feu
Si l’ylang-ylang balinais et l’aloe vera sud-africain envahissent depuis longtemps nos salles de bains, l’huile d’argan, produite dans le sud marocain par des communautés de femmes, fait une apparition remarquée : ce produit rare et cher, doté d’un fort pouvoir cicatrisant, gorgé de vitamine E et d’Omega 3, permet notamment de lutter contre l’eczéma, le psoriasis et la calvitie. Si vous l’achetez pure, il faut qu’elle soit 100 % extra-vierge, sans odeur de vieux bouc, sinon c’est qu’elle est frelatée.

7. Voyage, voyage…
Ces rituels lointains se pratiquent aussi en institut. Au spa des Cinq Mondes, à Paris, Nantes et Lyon, les produits et les soins reprennent les traditions cosmétiques en les adaptant à notre mode de vie occidental : toute nouvelle crème pour les mains au mûrier de Chine ou baume de massage de Bengalore en Inde. Et le soin gommant à la papaye du Rituel du Siam fait des émules au nouvel espace de bien-être Platine by Montesantos à Paris. Tandis que dans les instituts et spas Décleor, le soin énergie Express visage homme privilégie la pulpe de goyave pour nettoyer la peau en profondeur.

8. Retour aux sources
Adopter ces rituels d’Indonésie ou du Maghreb, se griser aux fragrances d’Australie ou de Madagascar, c’est finalement considérer le bien-être et la cosmétique comme une invitation au voyage. Un voyage au long cours, mais aussi dans le temps, où les remèdes traditionnels et ancestraux à base de plantes ou de fruits exotiques sont remis au goût du jour pour notre bienfait quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *